Monthly Archives: Mart 2013

AN INTERVIEW WITH CÜNEYT AYRAL PUBLISHED AT CUMHURİYET NEWSPAPER 14TH MARCH 2013

“Notes from Constantinople” (original title “Kostantiniyye Notlari”) by Cüneyt Ayral, is a sort of logbook of life in that city, as seen by the most seasoned of its inhabitants. It is also a singular analysis of current events and of social and economical developments. We chat with him about his “Notes from Constantinople”.

NEDİM GÜRSEL

Nedim Gürsel: In your most recent book “Notes from Constantinople”, you have  gathered together a number of diverse articles which speak of Paris as well as of Istanbul. Among them, one particularly held my attention. In it you describe two statues in the park of the Château of Rambouillet, the summer residence of French Presidents, one of which represents a man and a woman, and the other, two men embracing. I should like to know more about these two statues and their sculptors. (2)

 

 

Cüneyt Ayral: I have been travelling for years to the four corners of the world, and people’s daily lives everywhere interest me far more than museums. I like to make friends and learn of their  lives in their homes. In reply to your question, it does not matter to me who painted a picture, or who was the sculptor of a statue. I am only interested in the existence of a work of art as an integral part of life. My childhood friend,  Derya Tutumel who was press attaché in Paris at that time, took me to visit the Château of Rambouillet. He knew all the châteaux around Paris and further afield. He took me there because  it was the summer residence of the French Presidents. Just imagine ! I am from Turkey. I have lived here for a number of years, but the fact that I am from Turkey is firmly anchored in me….. Could you imagine our (Turkish) presidents or Prime Ministers welcoming the King of Saudi Arabia or of, say, Malaysia, to a park like this? I certainly cannot. Yet in this château and its park only a short while before, international conferences had been taking place, with the presence of a number of foreign statesmen and women. So, let us say that these two statues in the park, which represent “men and women embracing”, simply evoked for me the pleasure that could be felt just through contemplating the immense forest of Rambouillet which had suffered so terribly in the storms of December 1999 (3), and also the respect which the French have for Humankind and for liberty.

I WOULD NOT CALL PARIS A FEMALE CITY BUT A HERMAPHRODITE CITY

For a number of years you published th newspaper “Constantinople News” (original title “Kostantiniyye Haberleri”), and because of this you became the target of the right-wing groups. Yet Mehmet the Conqueror knew and loved Istanbul under that name. What would you like to say now about these reactions and about the banning of the newspaper?

It was an honour for me to publish that paper for five years. I am now nearly sixty and have done many things in my life,, but among all my diverse activities, that publication is the one which has the highest value for me. “Constantinople News”, containing all the rich contributions of my friends, was the mirror of Istanbul, and at times, of the whole of Turkey. They banned the title of the paper because it evoked Byzantium. I was denounced by a well known poet friend, who wrote in the daily paper “Zaman” whose title was printed in red. I won my case against the State at the Council of State, and it is noteworthy that the State did not appeal, thus recognising its mistake, which has some importance. I was present with my lawyer at all the hearings. Nobody from the newspaper accompanied me except my friend Melih Ziya Sezer, owner of the pharmacy “Yeni Moda”, a reader of our publication who was beside me on the day that the verdict was pronounced. I should like to create a digital version of the newspaper which is already present in the archives of several universities in different countries. Hilmi Yavuz and the late Orhan Duru, two collaborators of the paper have published books regrouping their articles. Hulki Aktunç unfortunately died before he was able to do so. In an interview which we did together for the columns of the paper, you made an important statement – “Istanbul is no longer the city to which I return, bu the city to which I go”. It was your first step towards “world citizenship”. Unless I am mistaken there was an article about a year previously in another Turkish daily, entitled “Names of Istanbul”. I had cut it out, meaning to reply but omitted to do so through negligence. Many people referred to my paper as “Konstantiniyye”, whereas in fact its name was “Kostantiniyye”, as Cüneyt Olçer  writes in his book on ancient coins. A coin minted during the reign of Sultan Mehmet II bears this name.

You described Paris and Istanbul as “female cities”. You do not try to hide your idea of” feminine” or “masculine” places. How about” hermaphrodite cities”?

If I had written that article today, I would have described Paris as hermaphrodite. In my novel  “Zaman Bitti” (“Time is over”) and then again in “Gümüs Gölge” (“Silver Shadow”) I often come back to these aspects of places. Night life in Paris, the hidden side of Istanbul, the amorous aspects of Milan, the prostitutes of Rome, the very remarkable “hermaphrodite” side of New York not forgetting what Hong Kong reveals behind its façade of conservatism and its modesty, among them. In the novel on which I am working at present,  “Son Darbe” (“The Final Blow” or “The  Final Coup”) the reader will get to know the unusual places in these cities. In my book “Notes from Paris”, I describe some “hermaphrodite” places. And finally, I am pleased to say that I have also found some “male” cities among those I have known. The world has escaped male domination, at least as far as its cities are concerned.

In your book you also write about politics. What is your opinion, as a journalist and writer, of the present situation in Turkey?

Turkey is trying to come to terms with itself, but is finding it difficult because of  the predominance of nomadic traditions. It is very frightened. People are having difficulty in understanding their century. Those who lead the country are far from possessing the necessary” qualities” of statesmen, but this is the case the world over; the penury, not to say the absence, of wise and  cultivated statesemen is a world problem. Turkey is no exception. Turkey’s leading politicians are aiming for “dictatorship”. They travel all over the world but lack the knowledge which would allow them to understand it. I see a difference between  people who are”clever”  and those who are “intelligent”. Turkey has many clever leaders but one cannot see them as intelligent. For example, some of them become friendly with the head of state in Russia, would like to imitate him, but are totally ignorant concerning Russia, its history and the behavious patterns od the Russian people. They see these things but cannot understand them, because that would necessitate wider knowledge of literature, music and art, not to mention sociology and anthropology. In Turkey, people continually confuse the sheep with the goats. We are moving further and further away from a  principled State with its head firmly on its shoulders, having a clear vision of its objectives. We are engaged in settling accounts without knowing with whom and for what reason. If this goes on it will be a great pity for Turkey as it will take a long time to set things right. The time has come to understand that everything does not depend on the increase of national revenue. Also it is necessary to understand neo-colonialism in order to avoid any further steps in that direction. You know the Turkish proverb, “Stick the needle into yourself before knifing somebody else” Our leaders have not felt the needle but are attacking left and right with a knife in their hand. It is a dead end because it is difficult to fight against this sort of person. One needs an intelligent enemy.

I NO LONGER HAVE ANY TIES WITH ISTANBUL

Orhan Duru told you the name of the first known mayor of Istanbul He was called Proclus. What do you think of the actions of the last mayor, the urbanisation of the city and principally of the project of a big mosque, dear to the Prime Minister?

A lot of water has flowed under the bridges since the time of Proclus. In my reply to your previous question I spoke of the incompetence of Turkey’s statesman. The present mayor of Istanbul is the owner of the best known cake shop in the city, the “Saray cake shop “, and he cannot even do that job properly. He accepted the removal of his shop to another place in order to build a shopping mall. There is also the example of the famous “Inci” cake shop which has been obliged to close and move away. And what has happened nowadays to the famous “Marquise” cake shop? What is it that makes a place famous? What is it that nourishes its existence? You and I no longer frequent the “Café de Flore” which has become too expensive, but it continues to attract the tourists who only have to look at the menus to see the names of all the famous people who ate there, and this enhances their knowledge of Paris. Cafés and cake shops should not be under-estimated.  Obviously, those who did nothing but kick a ball on a muddy field during their youth, who never had the opportunity to appreciate middle-class pleasures in  their cities will not be able to understand a colossus such as IstanbuL. For them a few political images will suffice, such as the restructuring of Taksim Square, or the construction of a giant mosque. It’s a question of cultural origins other than ours and which are dominant now in Turkey. What do they say: “If you don’t like it, lump it!” So we lumped it. I feel that I have done all I could for Istanbul. For example, my book “The  songs of Istanbul”, the exhibition “40 years of art” with the art photographer Cizgen, the newspaper “Kostantiniyye Haberleri” and finally the exhibition “Istanbul is an Adventure”. All of these things have their place in History, and Istanbul can no longer be angry with me.

You were the curator of the exhibition entitled “Istanbul is an adventure” What impression did it make? Who visited it? What comments were made? Does your attachment to Istanbul not have its roots in the fact that you have been living in France for so long?

First of all,  I must say, very frankly that I no longer have any attachment for Istanbul. If one day I decide to go back to live in Turkey, I shall choose to go to Izmir. It is a city which for a very long time was home to different minorities and has a rich culture. My interest for France and my links to this country go back nearly thirty-five years. I have been living here for sixteen years, longer than in Istanbul and as long as I lived in Ankara. What is more, I am very happy to be here. My interest and my links with Turkey have their roots in the fact that I write in Turkish and work for a Turkish newspaper. When one have been a journalist for over forty years, one is obviously a specialist.

When I look at events in Turkey over the last few years, I increasingly feel myself to be part of a minority. I do not think of myself as an intellectual, simply as a poet and a writer. You must have noticed that in my novels I take the characters all over the world. In my latest novel “Son Darbe” (“The Final Blow”), on which I am now working, I am trying to give some insight into Turkish minorities, those who, like me, find themselves relegated into minority situations.

Who visited and understood the meaning of the exhibition? More or less nobody…. This exhibition which took place under the archways in the inner courtyard of Topkapi Palace was the vehicle for a certain number of messages. Unless I am mistaken, the first known exhibition in history, that of Alexandria, was also held under archways. Bronze representations of  Istanbul monuments were aligned in a certain order which had a meaning. Thirteen poems of thirteen lines each, written by thirteen poets were offered to History. These poems are included in my book “Notes from Constantinople”, and their translations into English and French were included in the brochure of the exhibition. Beside each bronze picture were lines from my book “The songs of Istanbul”. In this context, I am very grateful  for the translations by Tarik Günersel and Beverly Barbey.The bronze work was done by Semra and Birol Ecer and it was a serious and lengthy undertaking. Alas, Birol Ecer, who was responsible for the technical work turned out to be a difficult person. To be perfectly honest, the whole business was beyond his imaginative capacities, and once it was operational he allowed himself to be carried away by its success. I immediately retired from the whole affair. I had arranged for the exhibition to travel to Moscow, Paris and Milan. Later I organised exhibitions for other artists in those places. Erdem Helvacioglu, a very talented young electronic music artist, had composed a thirteen-minute piece on the theme of Istanbul. At the inaugural ceremony it was not possible to ensure thirteen minutes of silence in order to play it – the guests were more interested in the refreshments.  Unfortunately…

So, the exhibition “Istanbul is an adventure” really was an adventure. It was seen by a large number of tourists, but not one art critic deigned to write about it or praise it. What more can I say?  It was just an adventure.

Notes

(1)  After the fall of Byzantium, the name Constantinopolis (Constantinople), meaning the city of Constantine, became Kostantiniyye in the Ottoman era. The present name of Istanbul only became official a few years after the proclamation of the Republic in 1923.

  (2) The statur representing two men “Charité Fraternelle” was sculpted in

       1865 by Julien Edouard Conny. The other –” The death of Procris”, a

      work by Jean Escoula, from 1898 represents Procris in the arms of her

     husband, Cephalus.

(3) In December 1999 the forest of Rambouillet was severely damaged by the

     exceptionally violent wind storms.

 

 

 

Translation from the French

Beverly Barbey

 

 

Reklamlar

Yorum bırakın

Filed under HABERLER

INTERVIEW with NEDİM GÜRSEL HÜRRİYET GÖSTERİ ART MAGAZINE 07 MAY 2011 – GRENOBLE (France)

 

I have known Cüneyt Ayral for nearly forty years. I can safely say that I have been a close witness to his many complementary and diverse activities, such as photography, poetry, editing and publishing, journalism, travelogues and novels. During the last few years his rôle as a writer has come to the fore and the appearance of new editions of his books has particularly interested me. These works are not merely a reflection of his evolution but form a series of milestones on the road of an “extraordinary” personnage. I have already commented on some of these works, and I consider that the time has come to make an assessment.

Nedim Gürsel: I first met you when you were a young photographer. In the 70s in Ankara at a dinner given by Mrs Hayrünnisa Kadıbeşegil, the editress of the magazine Oluşum  “Genesis”. Enis Batur and Figen (Batur) were also there. Later our paths crossed again in Istanbul, in Nice but more often in Paris. You took some beautiful photos and you wrote poems. Then your autobiography and your narratives were published in quick succession. Do you not feel that being so productive in different areas can bring about a certain dispersal?

Cüneyt Ayral: In fact, I always thought of myself as a “poet”. Whether or not my poems are good is for the reader to decide. However the definition which was given by my master, İlhan Berk, certainly played a decisive rôle in my life. He called me “the underground worker of poetry”. A line by Vüs’at O. Bener , “children in their deathly black uniforms” also had a great influence upon my poetry.

He read it to me one morning in Ankara, while looking out of the window.

I began writing prose when the Elma Edition in Ankara asked me for an autobiography after reading an article about me, written by Şermin Terzi for the newspaper Hürriyet in 2001. Thus I can truthfully say that my evolution from poetry to prose was motivated by a commission.

I had great fun writing my book entitled YOLCULUK ” Journey”, but it worried me a lot too. The critiques of readers encouraged me to develop my prose. But the main question was always ” how and where to begin”. Your friendship and comradeship and also our long discussions about literature taught me a great deal. I can thus say that you were, to some extent, the “vector” for my move towards the novel and the narrative.

My prose is often criticised because of my habit of  “saying many things with few words”, which I inherited from Vüs’at O. Bener. It is almost impossible to find any long descriptions or sophisticated sentences in my books. If I compare my style in different  types of prose , I find it the  same  whether in a press article analysing current events, in an autobiography speaking of the past or in the fiction of a novel.

N.G: In ” The Songs of Istanbul” you told of your observations concerning the city. Then you became the publisher of a newspaper “Kostantıniyye”. Now that you live abroad, how do you see today’s Istanbul, from inside and from outside?

C.A: To tell the truth I have only once  looked at Istanbul from a distance. It happened after four years of voluntary exile. It was then that I noticed the great change and the new dynamism of the city. I was completely amazed. Since then I have continued to live abroad. All sorts of things happened to me in Istanbul, practically everything that can happen during anyone’s lifetime. I have even been kidnapped, stabbed and near to death there. So now I prefer not to look at Istanbul from the outside, but to live fully  in whichever place I may be. But when I go there, (as you  yourself once said , “Istanbul is  no longer a city  to which I return, but one to which I go”)we look at each other and I listen to Istanbul.

Just look at the statement of the Prime Minister,who has been at his post for the last ten years, concerning the Marmararay project (a new metro line), which in my opinion is very important for Istanbul. He said, in so many words, that the project was behind schedule because  work stoppages were occurring for pieces of pottery and dishes. A mentality capable of referring to archaeological discoveries as ” bits of pottery” is at the head of the government of Turkey. What hope is there for a city which is historically one of the richest in the world in a country governed by this sort of person? Two years ago I travelled back and forth across the Bosphorus on the ferry boat taking photos of Haydarpaşa station and Leander’s Tower. We can understand the necessity of ending the activity of a historical railway station. For example, the Gare d’Orsay in Paris (Musée d’Orsay today). But  all my courage  is not enough to oppose a way of thinking that is prepared to transform a historical monument into a hotel, a shopping mall or a business centre. The present government is hostile to art and artists. It is liberticide.

Nowadays all the world- famous globalised brands are available in Istanbul. But the Akide sweets, the Turkish delight from Haci Bekir have lost their original tastes. The Sultanahmet Köfte (meatballs) have been assimilated by the fast-food trend. Enormous shopping malls have drawn the population away from the Bosphorus or Sarayburnu, and the coast of the Sea of Marmara from Sirkeci to Bakırköy has become a long barbecue ground. Why should I contemplate this Istanbul? What makes a city “a city”, is primarily its inhabitants. But where are they?

N.G: Can you tell the story of the “Kostantıniyye” adventure with all its ups and downs?

C.A: I think that the newspaper “Kostantıniyye Haberleri Gazetesi” was one of the best examples of local journalism in Turkey. Nowadays it is used as teaching material in universities abroad, and its collections are in their archives.

I published that newspaper for five years and spent a total of $768,000 on it. If I had kept that money for myself instead of using it for the newspaper, I should be able to live comfortably nowadays without any money worries , but it was my choice and I have always stood by my decision. The newspaper was banned by “our State”, under the pretext  “that it was a reminder of Byzantium through the use of the ancient Greek name for Istanbul, and thus disturbed the established moral order”. The editorial offices were searched by policemen carrying  automatic arms. So we changed the title of the newspaper and continued to publish it under the name of “News of Our Town”, while filing a petition to the Court of Appeal.

We won our appeal and the Prefecture of Istanbul did not pursue the case. Nowadays noboday hesitates to pronounce the names of “Kostantıniyye”, “Constantinople” or “Byzantium”. The citizens recently chose Byzantine purple as the colour for the municipal buses. I sometimes wonder if this city is not a sort of abstract major force which impregnates people deep inside themselves.

Nonetheless,  Kostantıniyye Haberleri Gazetesi  remains an important document because of its contributors, who could be described as “the top of the class” and who thought and wrote for Istanbul. I continue to be proud to have published it. All the rest is unimportant.

N.G: My next question stems from my point of view as a novelist who has never written any poetry, but who has written a great deal about poetry, How did you go about changing from poetry to prose writing? Was it a painful process?

C.A: It was not painful at all. Since poetry for me  is not simply a form of writing but a “lifestyle”, a way of feeling and seeing what you are looking at and interpreting it. I think it is possible to see this poetry in my novels. I make no conscious effort to include poetry in my novels, but, since it is a way of living, this sensation automatically transpires in everything I write. The only thing that should be stressed is that that a novel is maybe more attractive.

Poetry is our traditional form of expression, but there are fewer and fewer readers. Editors, who are more and more “industrialised”, are not eager to publish”poetry books”, because they do not sell well. It is not the same for novels. There are more readers and it is easier to communicate with them.

Let us take the example of a collection of my poems called 7 Tangos, which were dramatised in Argentina by Mario Morales. A Turkish painter, Melek Atakan painted a picture for each of the poems. There was an exhibition. But because of a lack of funds, the stage show will not be able to travel to Istanbul. Poetry is subcet to this sort of problem. If we consider writing to be an adventure, the labour pains are the about the same for poetry as for prose. For my part, I have two different stances concerning novels and poetry. I can change what I have written in a novel, but a poem must remain as it was when I wrote it to begin with. It is impossible for me to revise or change it. I have a taut relationship with poetry, whereas my relationship with prose is more friendly and flexible.

N.G: You lived for a long time in Paris  and in Nice. You have published some travelogues. Did these cities make an impression on you?

C.A: The city which most impressed me was Hong Kong. For the moment I have written very little about it, but I hope to do so very soon, maybe in a novel.

Another city is Mexico D.F. where I stayed for about ten days. I should very much like to go back there. I dream of living for a time in Mexico.

Bologna, in Italy has a special place in my memories. I have mentioned it several times in my novels. In my cookery book, soon to be published, there will be several references to Bologna.

I was  captivated by Hong Kong because of the the smells of cooking everywhere, by the ambition and rapidity of its inhabitants and by their way of looking at life. I never had a home of my own there, I was always staying in hotels, but I learned a lot about “home life” there through visits to the homes of my friends. I have made several long stays in Hong Kong, both during the British rule and after the return to China. I observed their integration during this period of transformation, their differenciation and their way of preserving their identity and their Hong Kong characterisitics. It was impressive. I wrote a lot of notes about this city in my diaries and I know that they will resurface in my writing. I have more than four and a half cubic metres of archives, you know.

Now, for my relationship with Paris and Nice, which you slipped between the lines of your short question !

I lived in Nice for eight years, but if you were to ask me for the name of a street for example, I should probably be incapable of answering. Nice did not particularly mark me, unlike Paris, which I have known for about 35 years. Anyone who has lived in the Rue de Turbigo for four years without interruption must of course have been influenced in some way!

My novel Zaman Bitti  (“Time is Over”) begins with a glance out of the window of my flat in the Rue de Turbigo and ends at the same place. In my book  Notes from Paris I wrote a great deal about this city and I continue to do so. Notes from Paris 2 has just been published. It contains essays which I wrote in Paris and in Nice. Paris is my freedom ! I feel “at home” there. Nearly all my friends live there. Paris is the place where one can live free from all prejudice, where everyone can be himself and where nobody looks critically at another (or at least I am not conscious of it). Also Paris is where I managed to bring up my children, which is no mean feat. If I have more memories of Paris than of Istanbul it is for another reason. I have many memories of Istanbul but they hurt and tire me, whereas those of Paris do just the opposite.

N.G: To come back to “Notes from Paris”, we can say that this city has a special meaning for you. Why is that?

C.A: I see that you are not satisfied with my previous answer, but you come back forcefully with another question on the same theme….

For thirty one years I frequented the Café de Flore in Paris I no longer can go there because it has become too expensive! I have lived in Rue Saint Sulpice, Rue des Saints Pères, Rue de Turbigo and Rue de la Convention. I have experienced  there every delight and every pleasure that life can offer. In Paris I learned what makes a prostitute, a homosexual, a sadist, a masochist, a lesbian … In Paris I learned of the joy of street demonstrations and seeing the positive results they brought. Here I saw with my own eyes and through my own experience that the State exists for the people and is not an empty word as it is in Turkey. As an artist I found the consideration and respect which I lacked in my native land…. What more can I say, Here is an anecdote. In my autobiography, Yolculuk, I related episodes of my life and mentioned a number of people by name. One of these people registered a complaint, so I was summoned to the office of  the State Prosecutor in Paris in order to make a statement. He was very surprised to learn that I had only told the truth, supported by proof and by naming witnesses… He added his own comments and sent the document to Turkey. Finally I was found guilty, but they did not succeed in seizing my book. I think that is probably a sufficient answer to your question “Why?”

N.G: In your autobiodraphy you describe your childhood, your family and close friends. Is this book a complete picture of your life or will you write a sequel?

C.A: You know me so well that it is not difficult to guess at the reply you are seeking. No, I have not told everything in that book. Yolculuk is more like a questionnaire based on the theme of justice. I tried to illustrate the injustice in Turkey by means of a an amusing life-story. We are talking about a book in which I found the courage to tell the story of a failure. I give a certain number of clues without following them up. I did not speak at all about certain aspects of my life and I know that I shall never do so. This is not a refusal to confess, but I think, on the contrary, that there is no point in talking about successes or in trying to capitalise on pride stemming from certain experiences.

There will be a sequel. I have an idea for a book about Houses and Hotels in which I have lived. The first book was a critical survey of justice. The second will be an attempt to relate contemporary history and sociology over the last sixty years using certain episodes of my life in this context. My readers will be able to take stock of the changes that have taken place in Istanbul, Hong Kong, Paris, Nice, Sri Lanka. I am working on it and hope that it will be a work of some importance. I want it to be a document witnessing the transition from the 20th to the 21st century.

N.G: “In Gümüs Gölge” (“Silver Shadow”) you write about a transvestite. What was your aim? To create a marginal character or to break the taboos, fight traditional values?

C.A: The attitude towards “transvestites” in Turkey is different from that encountered in other countries. In Turkey there are many transvestite prostitutes in the streets of Antalya, Adana, Bodrum, Izmir, Ankara, Eskisehir or Bursa. Then there are others, such as Huysuz Virjin (Grumpy Virgin), an actor, or Bülent Ersoy and the late Zeki Müren who are famous singers. They have their individual characteristics of course. Zeki Müren was a “crossdresser”. Bülent Ersoy is a transsexual. Virjin is a crossdresser on stage but I know nothing of his private life. These three artists are much appreciated in Turkey. They have a large following and record audiences. The official ideology, however, is capable of sending them into exile, as in the case of Bülent Ersoy, or of changing the name of the street  in Istanbul where a large number of transvestites are to be found, from “Sormagir Street” to “Baskurt Street”.(“Enter-without-asking Street” becomes “Head Wolf Street”)

The transvestites who work in the streets risk becoming the victims of  ill-treatment by the police, such as the policeman nicknamed “Süleyman the tube”, because of his habit of hitting with a rubber tube. They are pursued by the police and condemned to pay fines. Sometimes they are assassinated and their murderers are not sanctioned according to the law. The most regrettable part in all of this is that a star such as Bülent Ersoy, who is appreciated and accepted by society, does nothing to defend these people and condemn their suffering. A number of qustions concerning Turkey come to mind.

However, I know a transsexual doctor who works in a public hospital under her female identity and who is fighting for the rights of others within a number of associations.

Having made these remarks, now let me come to my novel “Silver Shadow”.

It is an account of the love stories of  a Turkish transvestite who becomes a luxury prostitute in another country and gives the reader some “uncommon” insights into different Turkish sexual practices. Those who read this book will see people in the street in a new light, and will probably question their own lives, their repressed fantasies and their aspirations, and will conclude that there is no place for the “impossible” in human life. The “neighbourhood social pressure” which is prevalent today all over Turkey, has become so oppressive, that I cannot imagine any writer in the country daring to create such a marginal character. It would be a complete challenge to all traditional values. This oppression is no longer possible in the 21st century. All persons living in society must recognise the differences of others, assimilate these differences and learn to live with them.

N.G: Turkey has become increasingly conservative. What is your opinion on this? Could we say that your position is “atypical”?

C.A: All my life I have preferred being “myself” and this stance has been described as “abnormal”, not only by my family but also in society. I am not sure of the reason. Maybe my desire to “live in the future” influenced this behaviour. I do not know and I have not even thought about it. Each time that I look at myself in the mirror I cannot see myself otherwise but those around me see a different image. Because of this I have never been able to fully live my loves nor accomplish my enterprises. The persons with whom I really get on wonderfully well are my daughter Roxane and my son Sinan. Both of them have managed to accept me and love me “as I am”. In reply to your question, yes, my position is atypical, I am atypical!

I have never denied my ideological “anarchism”. If, in order to pacify my soul, I listen so often to the ballad written for the Italian anrchist Pinelli, there must be a link, as also to my admiration for Tchaïkovski.

To come back to Turkey; society there is made up of very different peoples. The population has a nomadic past and today the country has undergone forced migrations because of the destruction of villages during the last few years. Istanbul is a metropolis which has become the target of these internal migrations. Consequently all the nomadic characteristics are present in the members of this society and their “conservatism” should be considered from a particular viewpoint.

Did the “veil” problem exist twenty years ago? Of course not ! Where did this problem come from? From the size of the bread….

In a society where the distribution of revenues is unjust, and which has nomadism as its “principal characteristic”, people vote according to the size of the bread, their share of the cake. They behave in accordance with the wishes of those who “share out the slices” without asking any questions. Nobody cares a hoot, and when the doors are closed, the “silver shadows” are reflected on the walls rather than walking the streets….

N.G: I’ll leave the last question to you. If you wish me to ask you another one, I will let you reply to it as well. As an epigraph to my narrative ” “Ogleden Sonra Ask” (Love in the afternoon), I chose a line by Baudelaire: “I am both the wound and the knife”. What do you think of that? Ask yourself such a question, question Cüneyt Ayral from A to Z without kicking the ball into touch.

C.A: If I had thought of it earlier I would have used that line as an epigraph for my novel “Silver Shadow” !

The only question that I could ask myself would be “Are you not tired of being yourself?” And the answer would be” I am very tired !” However, I have never been able to do without myself,; some people have called it egoism and others have gone along with it while facing the facts. Some have tried to share a semblance of life together. I have welcomed them all with great affection.

I have fallen out with some and have borne them a grudge, but I have expressed everything in words without letting anything fester inside me. I prefer to forget certain sequences from my life which made me unhappy or which have caused me physical pain and I remained silent on those accounts. I have managed to do so until these last few years. As I grow older, my resentments from the past have resurfaced, and I have begun to settle my accounts with certain people who took me for a fool.

You have known me for nearly forty years. Do you remember those times when I sent my chauffeur to fetch you at your home, or those long walks together when we were searching for a Chinese restaurant? Didn’t we discover together the most infamous parts of Paris and write a few lines about each of them? Did we not hold forth together, in our anger and vexation about those who had insulted us, and then pardon them together and savour the moments of new-found  appeasement? You must surely remember your laments when you found a listener  in me for your distress, and also my euphorical days when I came to find you saying, “Well, are we going?” We continue to exist as long as we can still share with our readers the echos we left in the bars of Istanbul, the slums of Paris, the cafés in the port of Nice and on the thick walls of the château of La Napoule.

I won’t kick the ball into touch.

I have always liked to impress people. Losing my fortune, my considerable material riches  has never made me sad. When I realised that I had compromised my children’s futures, I suffered deeply. They were always very understanding and never judged me (at least until now)… It has been said that I was in love with love. Not at all! I have always been in love with somebody, without really succeeding in speaking about it and in living that love. The reason is the fact that I have simply “always been myself”.

As I already mentioned, I consider poetry to be a way of life in every detail. Writing, for me, is a “necessity”, in the same way as eating and drinking water. If I cannot write, then I consider these moments to be “inexistent”.

I think it is more important to love than to make love…

I have known a lot of people, but I have had few friends and that has always made me sad….

Translated By Beverly BARBEY

from French translation

Yorum bırakın

Filed under HABERLER

“SALİH BOZOK”, PETIT FILS DE L’AIDE DE CAMP D’ ATATÜRK DONT IL PORTE LE NOM A PARTAGE SES SOUVENIRS POUR LA FETE DE LA SOUVERAINETE NATIONALE ET DES ENFANTS DU 23 AVRIL


Cüneyt AYRAL – France

Quotidien YURT – Turquie

23 Avril 2012

 fotoğraf-1

Vous n’avez pas connu votre grand père. Vous avez écouté essentiellement les souvenirs de votre père. Que disait-il ?

Ce que mon père Cemil Bozok m’a transmis à ce sujet figure essentiellement dans son livre publié à Istanbul en Mai 1985 « Hep Atatürk’ün yanında »  (Toujours aux côtés d’Atatürk) .Je peux citer ce que j’ai entendu depuis mon enfance, à savoir  la tentative de suicide de mon grand père après la mort d’Atatürk, la fonction de chef de garde qu’exerçait mon grand père, d’abord à Salonique ensuite au palais de Beylerbeyi  à Istanbul après le renversement du sultan Abdülhamid, l’amitié nouée à cette époque entre mon père et le prince-héritier du trône Abid Efendi, la cérémonie de circoncision de ce dernier au palais où son père, le Sultan déchu, était détenu sous le commandement de mon grand père Salih, le refus de mon grand père de faire circonscrire mon père en même temps que le prince-héritier, plus tard, l’incarcération de mon père, enfant à l’époque, dans la tristement célèbre prison Bekiraga à Istanbul, en compagnie de mon grand père arrêté à cause de ses activités contre l’occupation,  les jours d’Ankara durant la Guerre de libération nationale, le voisinage avec Mustafa Kemal (Atatürk) à proximité de la gare ferroviaire d’Ankara, la liquidation de Lâz Osman (1), des récits concernant Lâtife Hanim(2), et les dernières années de mon grand père avec la mort dans l’âme. J’ai beaucoup entendu parler de l’instituteur de l’école du quartier à Salonique, le tristement célèbre Kaymak Hafiz connu par les bastonnades qu’il faisait subir aux  élèves, et j’ai appris que Mustafa Kemal a quitté cette école, n’ayant plus supporté ces brimades. Il s’est inscrit à l’école militaire, suivi de mon grand père dans cette voie. Mes souvenirs ne se limitent pas aux DSCN4056récits de mon père. J’ai passé une partie de mon enfance auprès de ma tante Sabiha (Yenen). J’avais entendu d’elle que mon grand père, sachant que la maladie d’Atatürk était incurable, a demandé conseil aux médecins et marqué d’une croix à la teinture d’iode l’endroit de son cœur sur le torse, en projetant de mettre fin à ses jours, en se tirant une balle dans le cœur, car pour lui, il n’y avait pas de « sens à vivre dans un monde sans Atatürk »(3). Mon père m’avait aussi parlé d’un fait qui n’a jamais figuré dans les livres. Le comité « Union et Progrès » avait décidé d’exécuter le sultan qu’il tenait en captivité à Salonique. L’officier, membre du comité, chargé de l’exécuter allait être désigné par tirage au sort, et il devait se suicider après avoir rempli sa mission. Mon grand père était volontaire, en déclarant que le « tirage au sort était inutile ». Il a fait ses adieux à la famille mais un contre-ordre du comité a annulé la mission.

A cette époque, quand j’en ai entendu parler, j’étais élève du lycée de Galatasaray. Les classiques russes, les nihilistes qui combattaient le pouvoir du Tsar en bravant la mort suscitaient mon intérêt. Ayant su que mon grand père était sans compromis sur le plan des principes, rude avec soi-même et avec les autres, mais aussi quelqu’un de très gai, très attaché à la vie, j’en étais arrivé à la conclusion qu’il avait un caractère qui intériorisait pleinement le dilemme entre la joie de vivre et le courage d’affronter la mort pour ses convictions. De même, j’avais appris qu’il était fervent supporter du club de Galatasaray. C’est sûrement pour cette raison que la famille Bozok est entièrement acquise à la cause de Galatasaray. Mon père, jusqu’à sa mort, était membre du Conseil permanent du club. Mon oncle Muzaffer (fils cadet de Salih Bozok) était un personnage très connu dans ce milieu.

Quelle était influence de votre grand-père  sur votre père ? Et sa conception d’Atatürk ? Comment tout cela vous a-t-il été transmis ?

ata1 001

Sur la photo : Atatürk, en compagnie de ses proches, descendant les marches de la Gare Haydarpasa à Istanbul, dans les années 30. A gauche de la photo, Nuri Conker, mon grand oncle. Atatürk, entouré de Salih Bozok, député de Yozgat, et de Kiliç Ali, et derrière, Fethi Okyar, premier ministre.

 

Elargissons un peu le cercle à l’environnement familial. Comme l’écrit mon père dans son livre, Salih Bozok a des liens familiaux avec Atatürk à côté d’une relation d’amitié remontant à l’enfance. Hacı Salih et Hacı İslam sont leurs grands pères, à tous les deux. Mon grand oncle Nuri Conker est leur meilleur ami. Le leader de ce trio est sans conteste Mustafa Kemal (Atatürk). Les idéaux qu’ils partagent sont ceux qui m’ont été transmis dans la famille. Au risque d’utiliser la langue du bois, je dirai qu’il s’agit de créer une nouvelle Turquie souveraine, des ruines de l’Empire ottoman en déroute, sur la base d’égalité avec l’Occident, en prenant pour exemple les critères de la « civilisation contemporaine », c’est-à-dire les normes occidentales.  Dans ce cadre, la philosophie des « lumières » joue le rôle primordial, de même que la DSCN4058conception de « l’Etat-Nation ». Ils sont originaires de Salonique où cohabitaient des populations de diverses origines ethniques et religieuses. La pierre de touche de cette philosophie est la laïcité. La séparation des affaires de l’Etat de  la religion, le respect mutuel dans la diversité. J’ai toujours entendu de la famille qu’Atatürk avait pour habitude de demander conseil  aux gens de conceptions différentes. Ces principes étaient également de mise dans notre famille, concernant les affaires quotidiennes. Quand il s’agissait d’une cause nationale, il fallait faire bloc, mais ceux qui apparaissaient à l’époque comme des minorités « non-musulmanes » étaient considérées comme des gens comme nous, c’est-à-dire des citoyens  au même titre que les autres, sans aucune discrimination. Je me rappelle bien que, dans mon enfance, nous achetions la viande chez le boucher Tigrane, le lait chez Zlata la Bulgare, nos vêtements étaient taillés par maitre Vartkes, qui était par ailleurs, un fana de Galatasaray. Notre médecin de famille s’appelait Diamandopoulos.  Je peux témoigner que dans ma famille, j’ai entendu, alors enfant en bas âge, que « l’impôt sur le patrimoine » qui avait frappé essentiellement ces minorités pendant la Deuxième Guerre, était inique et catastrophique(4).  Les évènements des 6 et 7 Septembre (5) ont suscité la colère de la famille. Mais il ne faut pas en déduire que tout allait bien dans le meilleur des mondes… Au point où je suis, j’en arrive à la conclusion que ma famille- et je m’y inclus aussi- et leur proche entourage ont considéré que les acquis de la Turquie d’Atatürk étaient irrévocables, et qu’ils n’ont pas suffisamment saisie la portée de l’évolution démographique et sociologique, et qu’en conséquence, ils ne sont pas « intervenus » dans la situation, tombant ainsi dans la situation de rentiers en quelque sorte. Nous n’avons pas compris, saisi comme il fallait, la dimension sociale de la modernisation et du développement. Certains s’indigneront de ce que je dis, mais peu importe. On dit bien : « la nature a horreur du vide ». En notre absence, d’autres remplissent le vide, profitant de notre carence.

Vous avez eu une enfance remplie des souvenirs concernant Atatürk ? Quelle idée vous vous êtes fait de lui ? Que conseillez-vous aux enfants d’aujourd’hui ?

 

Numériser0009

Sur la photo : Atatürk entouré de ses amis proches, Salih Bozok et  Kiliç Ali, à Florya, villégiature d’été de la Présidence de la République, à Istanbul

Nos maisons étaient remplies d’Atatürk. Des photos, buste en bronze d’Atatürk dans le salon. Des objets ayant appartenus à Atatürk, gardés dans une vitrine. Plus tard, la plupart de ces objets ont été légués par mon père au Musée militaire, en contrepartie d’un reçu délivré par le commandement militaire. Au cours des dernières années de mon père, certains documents de valeur historique ont été dérobés par des « marchands d’Ata » et utilisés à des fins mercantiles. Passons ! Pour moi, Atatürk a jeté, grâce à son charisme et avec ses amis partageant sa vision, les fondements d’un pays respectable, en phase avec son époque. Pour ma part, la laïcité, les droits des femmes et  l’esprit de citoyenneté constituent  les principaux acquis.  Revenons à « Kaymak Hafiz » pour ce qui est des enfants, c’est-à-dire à l’éducation. Il y a un livre pour enfants publié sur la base d’informations fournies par mon père. « Bir Güneş Doğuyor » (Fikret Arıt, Kelebek yayınevi, 1981), qui relate les années d’enfance d’Atatürk. Le petit Mustafa disait à ses camarades de classe : « un jour il n’y aura plus de bastonnade dans les écoles. Les enfants n’iront plus à l’école en chemise sans col et en pantalon bouffant. Les hommes ne marcheront plus devant les femmes ». Ce que je conseille aux enfants, c’est de ne jamais faire compromis sur l’éducation moderne dont Ata a jeté les bases, de s’approprier la science, la pensée positive, la philosophie des lumières. Il faut qu’ils tracent leur propre voie après avoir étudié et pesé les différentes conceptions du monde.

Voulez-vous partager avec nous le meilleur souvenir que vous avez écouté sur votre grand père ?

Deus souvenirs liés l’un à l’autre. Quand mon grand père Salih était jeune officier à Salonique, il traversait à cheval le hall d’entrée de la maison et montait à l’étage pour se regarder dans le miroir. Suite à une  soirée un peu trop arrosée au raki, en présence de ses camarades, à une heure avancée, il est rentré à la maison sur le dos d’un ami, avec un orchestre, et ils ont poursuivie la beuverie avec la bande.

C’est ma tante qui me l’avait raconté. Beaucoup plus tard, en voyant « Underground », film d’Emir Kusturica, il me semblait voir la même scène avec la bande à Bregovic. Je me suis dit : typiquement les Balkans et la « Roumélie »(6)…..

 A votre avis, Atatürk et ses réalisations sont-ils considérés à leur juste valeur, de nos jours ?

Pendant de longues années, Atatürk a été présenté comme un géant blond aux yeux bleus, qui a jeté l’ennemi dans la mer. L’essence de ses réalisations ainsi que ses conceptions fondamentales ont été obnubilées. Je dirai plus : sa dimension DSCN4052humaine a été masquée. A titre d’exemple, le film « Mustafa » réalisé par Can Dündar a suscité des réactions à la fois des milieux laïques et anti-laïques. On y voit Atatürk déclarer au congrès du Parti Républicain du Peuple : «  Nous ne nous n’inspirons pas des idées descendues du ciel, mais de la vie même, de la science »(7). C’est l’essentiel. Pour dire en toute simplicité, quelqu’un ayant marqué l’Histoire d’un pays et du monde ne peut être bien compris tant que ses réalisations sont captées uniquement au niveau des sentiments et de la passion.

Notes de Salih Bozok pour la traduction française :

(1)   Selon le récit de mon père dans son livre, Osman le Laze, originaire de la mère noire, joua un rôle actif dans la Guerre de la libération nationale. Peu de temps après la proclamation de la République (1923), il séquestra, tua et enterra discrètement  un député d’opposition. Il était de caractère irascible. Le forfait fut découvert. Il fit éruption, entourés d’hommes armés à son service, dans la maison occupée par Salih Bozok sur une colline surplombant Ankara, au milieu de vergers. Un échange de feu s’engagea avec l’armée régulière, il fut tué.

(2)   Latife Hanim (Usakligil) était l’épouse d’Atatürk. Mon grand père fut le témoin de leur mariage qui  fut tumultueux, et ils divorcèrent. Mon père relate également cet épisode et  cite l’échange de correspondance entre Latife et Salih Bozok.

(3)   Un film récent « Veda » a pour thème l’amitié entre Atatürk et Salih Bozok. Il est centré sur la tentative de suicide de mon grand père immédiatement après la mort de son ami. Le film comporte aussi des séquences –controversées-sur les relations orageuses d’Atatürk avec son épouse, ainsi que sur le suicide de Fikriye, sa compagne pendant la Guerre.

(4)   Pendant la Deuxième Guerre, la Turquie sous la présidence d’Inönü fut neutre dans le conflit. Cependant, sous instigation des milieux favorables à l’Axe, le gouvernement Saracoglu édicta des mesures fiscales spoliant les minorités non-musulmanes, surtout les juifs. Paradoxalement, beaucoup de diplomates turcs risquèrent leur vie pour sauver les juifs d’Europe occidentale de déportation. (Cf « Dernier Train pour Istanbul » d’Ayse Kulin, publié chez Ramsay)

(5)   Suite aux évènements à Chypre opposant les communautés grecque et turque, le pouvoir de l’époque organisait les 6 et 7 septembre 1955, à Istanbul, des manifestations qui dégénèrent en pogrom. Je fus, à l’âge de 7 ans témoin de ces évènements. Des hordes incontrôlées attaquèrent et pillèrent les biens appartenant aux grecs, juifs et arméniens. Certains musulmans ne furent pas épargnés non plus. Plusieurs viols furent commis. Les rues jonchaient de marchandises dérobées aux magasins pillés et incendiés. L’armée appelée à la rescousse, eut du mal à contrôler la situation.

(6)   Rouméli : partie de la Turquie située en Europe, et essentiellement dans les Balkans, dont est issue ma famille.

(7)   Le film « Mustafa » (prénom de naissance d’Atatürk) est très controversé en Turquie. Il a été reproché au réalisateur d’insister sur la passion d’Atatürk pour les femmes, sur son goût immodéré pour l’alcool et les soirées mondaines. Il y est montré comme un homme solitaire réalisant à la fin de sa vie, que ses réformes ne sont assimilées ni par le peuple, ni par son entourage. La séquence d’une intervention filmée d’Atatürk tournée lors du congrès du Parti suscita la colère des religieux. « Nous ne sommes pas guidés par des livres supposés descendre du ciel » disait-il.

 

Salih Bozok (Salonique 1881-Istanbul 1941) Né à Salonique, d’une famille parente à Atatürk, dont il était ami d’enfance. Il fit l’école militaire et accompagna Mustafa Kemal, en tant qu’aide de camp, sur différents fronts de la Grande Guerre et durant la Guerre d’Indépendance. Auparavant, il faisait partie du comité « Union et Progrès » qui renversa le Sultan Abdülhamit et le tint en captivité, à Salonique, puis à Istanbul. Après la proclamation de la République, il démissionna de l’armée et fut élu successivement député de la province de Bozok (Yozgat) et de Bilecik. Il figura parmi les fondateurs de Türkiye Is Bankasi, première banque d’affaire du pays. Il tenta de mettre fin à ces jours après la mort d’Atatürk, le 10 novembre 1938. La balle étant enfoncée dans une couche de graisse après avoir frôlé le cœur, il fut sauvé. Se retira de la vie publique durant la présidence d’Inönü et rédigea ses « Mémoires ». 

 

1 Yorum

Filed under HABERLER

Beaucoup d’eaux coulèrent sous les ponts depuis Proclus

 

 Les « Notes de Constantinople »  (titre original : Kostantiniyye Notları) de Cüneyt Ayral est en quelque sorte le cahier de bord de la vie qui s’écoule dans cette ville, vue par un des stambouliotes les plus aguerris. Le livre constitue en outre une analyse singulière des évènements d’actualité, des faits sociaux et économiques. Nous bavardons avec lui sur ses « Notes de Constantinople »(1)

Reportage de Nedim Gürsel publié dans le journal Cumhuriyet, le 14 mars 2013

Nedim Gürsel: Tu rassembles dans ton dernier ouvrage, « Notes de Constantinople », une diversité d’écrits, relatant aussi bien İstanbul que Paris. Un article parmi d’autres attira particulièrement mon attention, celui où tu décris deux statues dans le parc du Château de Rambouillet, villégiature d’été des présidents français, représentant l’une, un homme et une femme et l’autre deux hommes qui s’entrelacent. Je suis curieux de connaitre l’histoire de ces deux statues, et leurs artistes. (2)

Cüneyt Ayral: – Je voyage depuis des années, j’ai parcouru les quatre coins du globe, et  la vie quotidienne des gens dans ces lieux m’a intéressé plus que les musées, J’ai voulu me faire des amis et connaitre leur vie au foyer. Pour répondre à ta question, peu m’importe qui a peint un tableau ou qui a sculpté une statue. Je me suis intéressé à l’existence de cette œuvre d’art en tant que partie intégrante de la vie. Mon ami de jeunesse Derya Tutumel, alors attaché de presse à Paris, m’avait fait visiter le Château de Rambouillet. Il connaissait par cœur les châteaux aux alentours de Paris, et aussi ceux qui sont situés dans un périmètre plus large. Il m’y était conduit pour la simple raison que ce château était à l’époque la résidence d’été des présidents de la République Française. Penses-y !  Je suis originaire de Turquie. Je vis ici pour telle ou telle raison depuis des années, mais le fait de venir de Turquie est ancré en moi… Penses-tu un moment à nos présidents et premiers ministres accueillant dans ce genre de parc le roi d’Arabie Saoudite ou, que sais-je, le roi de Malaisie? Je ne puis l’imaginer. Or, ce château et son parc ont accueilli peu de temps auparavant des rencontres internationales ainsi qu’un certain nombre d’hommes d’Etats étrangers.  Si tu permets, disons tout simplement de ces deux statues  qu’il y avait dans le parc « des statues d’hommes et de femmes qui s’entrelaçaient ».  A les regarder, j’avais pensé au plaisir que les gens pouvaient ressentir en contemplant l’immense forêt de Rambouillet qui a tant souffert des calamités du 29 décembre 1999 (3), ainsi qu’au respect des français pour l’Homme et leur attachement aux libertés.

JE N’AURAIS PAS QUALIFIE PARİS DE ‘VILLE-FEMME’ MAIS DE ‘VILLE-HERMAPHRODITE’

– Tu as publié durant de longues années, le journal  « Nouvelles de Constantinople  »
(titre original : Kostantiniyye Haberleri), et tu as été  de ce fait, la cible des milieux conservateurs. Or, Mehmet le Conquérant connaissait et aimait Istanbul sous ce nom. Que voudrais-tu nous dire aujourd’hui des ces réactions et  de l’interdiction du journal ?

– C’est un honneur pour moi d’avoir publié ce journal pendant cinq ans. J’ai presque 60 ans et j’ai fait beaucoup de choses dans ma vie, mais cette publication est, parmi mes activités diverses, celle qui a le plus de valeur pour moi. « Les nouvelles de Constantinople», avec la riche contribution de mes amis, a été le miroir d’Istanbul, et parfois de la Turquie entière. Ils ont interdit à l’époque, le titre du journal, sous prétexte qu’il évoquait l’ancienne Byzance. J’ai été dénoncé par un ami poète de renom, qui écrivait dans le quotidien « Zaman » édité avec un titre rouge. J’ai eu gain de cause au Conseil d’Etat, dans l’affaire m’opposant   à l’Etat, et c’est à noter que l’Etat ne s’est pas pourvu en Cassation, acceptant ainsi son erreur. Cela avait son importance. Je me suis présenté à toutes les audiences en compagnie de mon avocat, Aucune personne du journal ne m’a accompagné, à l’exception de  mon ami Melih Ziya Sezer, propriétaire de la pharmacie « Yeni Moda », lecteur de notre publication, qui était à mes côtés le jour de la décision. Je voudrais porter un jour dans l’univers numérique ce journal déjà présent dans les bibliothèques universitaires de plusieurs pays du monde. Hilmi Yavuz, ainsi que feu Orhan Duru, parmi les collaborateurs de la publication, ont fait des livres de leurs écrits. Hulki Aktunç n’a pas eu cette occasion, il est décédé avant. Dans un entretien que nous avons réalisé ensemble dans les colonnes de ce journal, tu as fait une révélation importante en affirmant : «  Istanbul n’est plus la ville où je retourne, mais la ville où je vais ».  C’était ton premier pas vers la « citoyenneté du monde ». Sauf erreur de ma part, il y a eu un article un an auparavant dans un quotidien  publié en Turquie sur les « noms d’Istanbul ». J’avais découpé ce texte avec l’intention d’y répondre, mais j’ai omis de le faire par négligence.  Beaucoup disent « Konstantiyye » en parlant de mon journal, alors qu’il s’agit de  « Kostantiniyye », comme précisé  dans le livre de Cüneyt Ölçer sur les monnaies anciennes. Une pièce frappée sous le Sultan Mehmet II après la Conquête  mentionne bien ce nom.

– Tu as écris de Paris et d’Istanbul, qu’il s’agit de « villes-femelles ». Tu ne caches pas ta vision de villes « masculines » ou  féminines ». Et les villes « hermaphrodites » ?

– Si j’avais écrit aujourd’hui cet article, j’aurais qualifié Paris d’hermaphrodite. Dans mon roman « Zaman Bitti » (La fin du temps), et plus tard, dans « Gümüs Gölgeler » ( Ombres d’argent), j’évoque souvent ces caractéristiques des villes. La vie nocturne secrète de Paris, la face inconnue d’Istanbul, les aspects amoureux de Milan, les prostituées de Rome, le côté « hermaphrodite » très remarquable de New York, ainsi que ce que révèle Hong Kong derrière son apparence conservatrice et sa pudeur, en font partie. Dans mon dernier roman en cours d’écriture, « Son darbe »  (Dernier coup) le lecteur prendra connaissances des lieux insolites des villes. Je relate dans mon livre « Notes de Paris » quelques lieux « hermaphrodites ».  Et enfin, je ne peux dire que j’ai rencontré parmi celles que j’ai connues, de ville « mâle », et je n’en suis pas mécontent. Le monde est affranchi, du moins en ce qui concerne les villes, de la dominance masculine.

– Dans ton livre, tu abordes aussi la politique. Que dis-tu, en tant que journaliste et écrivain, de la situation actuelle de la Turquie ?

– La Turquie essaye de se confronter à soi-même, mais elle y arrive mal du fait de la prédominance des traditions nomades. Elle a incroyablement peur. Les gens ont du mal à comprendre leur siècle. Ceux qui dirigent le pays sont loin d’avoir les « qualités » requises pour des hommes d’Etat,  mais c’est le cas dans le monde entier, et la pénurie, voire l’absence de vrais hommes d’Etat  cultivés et de qualité est un problème du monde d’aujourd’hui. La Turquie ne fait pas exception. Les dirigeants de Turquie aspirent à la « dictature ». Ils parcourent le monde entier, mais ils sont dépourvus de connaissances leur permettant de le comprendre. Je fais pour ma part, la distinction entre l’homme futé et l’intelligent. La Turquie fourmille de dirigeants futés,  mais on ne pourrait les qualifier d’intelligents. Par exemple, d’aucuns deviennent camarades avec le chef d’Etat russe, veulent être comme lui, mais ils ignorent la Russie, son Histoire, le mode de comportement des russes. Ils les voient mais ne comprennent pas, car cela exige en fait une large connaissance en littérature, musique,  et arts plastiques. Des connaissances en sociologie et en anthropologie. Les gens confondent constamment les poires et les pommes en Turquie. Nous nous sommes éloignés progressivement d’un Etat de principes, ayant la tête sur les épaules, sachant ce qu’il fait,  avec une vision précise. Nous sommes dans des règlements de compte, mais sans savoir avec qui et pourquoi. Si cela continue ainsi, ce sera dommage pour la Turquie. Il faudra très longtemps pour remettre les pendules à l’heure. Il est temps d’apprendre que tout n’est pas réduit à l’augmentation d’un revenu national. Il faudra aussi comprendre la nouvelle face du colonialisme de nos jours afin d’éviter de se coloniser davantage. Tu connais le proverbe turc : «  Enfonces l’aiguille dans ta propre chair avant de piquer autrui avec un couteau »  Les nôtres  n’ont pas connu d’aiguille, mais ils attaquent à gauche et à droite, avec un couteau à la main. C’est sans issue. Il est difficile de combattre ce genre d’homme. On dit bien qu’il faut un adversaire intelligent…

 


JE N’AI PLUS D’ATTACHE AVEC ISTANBUL

– Tu as appris par Orhan Duru le nom du premier maire connu d’İstanbul. Il s’agit de Proclus. Que diras-tu des pratiques du maire sortant ? Qu’en est-il de l’urbanisation de la ville, et en premier lieu, du projet de grande mosquée chère au premier ministre

– On voit que beaucoup d’eau ont coulé sous le pont depuis Proclus. En répondant à ta question précédente, j’ai évoqué l’incompétence des hommes d’Etat en Turquie. Le maire actuel d’Istanbul est le propriétaire de la pâtisserie la plus connue de la ville, la « Pâtisserie Saray », et il n’est même pas à même d’exercer correctement ce métier. Il a accepté que la pâtisserie change de place, avec un centre commercial érigé à sa place. Je cite aussi l’exemple de la fameuse pâtisserie « Inci » contrainte à fermer ses portes. Tu ne voudrais même pas savoir ce qu’il advient de nos jours de la pâtisserie « Marquise » si réputée d’antan. Que fait la notoriété d’une ville ?  Qu’est-ce qui nourrit son existence ?  Nous ne fréquentons plus, avec toi, le « Café de la Flore » à Paris, car le café est très cher, mais il continue d’attirer beaucoup de touristes, et dès qu’ils prennent le menus en main, ils y voient le nom des célébrités qui sont passées par là, l’assimilent, et cela s’ajoute à leurs connaissances sur la ville. Il ne faut pas sous-estimer  un café ni une pâtisserie. Je n’attends pas des gens qui ont couru derrière un ballon sur des terrains boueux de leur jeunesse, de ceux qui n’ont pas goûté à la vie bourgeoise de la ville, qu’ils comprennent un colosse comme Istanbul. Pour ceux là, seuls quelques images  politiques ont leur importance, telles que  la restructuration de la place Taksim ou la construction d’une mosquée gigantesque. Il s’agit de la culture dont nous ne sommes pas issues, et qui est actuellement dominante en Turquie.  Qu’est-ce qu’ils ont dit d’ailleurs : « Si tu n’aimes pas, tu quittes ! ». Et voilà, nous avons quitté. En ce qui me concerne, je reconnais avoir fait tout ce que je pouvais pour Istanbul.  Je cite le livre sur les « Chansons d’Istanbul », mon exposition de « 40 année d’art » avec l’artiste photographe Çizgen , le journal « Nouvelles de  Constantinople »  et enfin, l’exposition « İstanbul est une aventure » . Tout cela est ancré dans l’Histoire et Istanbul ne peut plus se fâcher avec moi.  

Tu as été curateur de l’exposition « Istanbul est une aventure ». Quelle impression cette exposition a-elle laissée ? Qui l’a visitée ? Qu’a-t-on dit ? Ton attachement à Istanbul ne puise-il pas sa source un tant soit peu dans le fait que tu réside en France depuis longtemps ?

-De prime abord, je dois dire ceci en toute franchise. Je n’ai plus d’attachement à Istanbul. Si j’opte un jour pour poursuivre mon existence en Turquie, je choisirai Izmir. C’est une ville qui a hébergé longtemps les minorités, et qui est pourvue d’une telle culture. Mon intérêt pour la France et mes liens avec ce pays remontent à près de 35 ans. J’habite ici depuis 16 ans, c’est-à-dire plus longtemps que j’ai vécu à Istanbul, et autant qu’à Ankara.  De plus je suis très heureux de me trouver ici. Mon intérêt pour la Turquie, mes liens, puisent leurs sources dans le fait que j’écris en turc et je travaille pour un journal en Turquie. Quand on est journaliste pendant plus de 40 ans, on est forcément spécialisé.

En observant ce qui se passe en Turquie ces dernières années, il semble évident que nous sommes de plus en plus minoritaires. Je ne me définis pas du tout comme «un  intellectuel » mais  poète et écrivain en toute simplicité. Tu dois remarquer que dans mes romans, je ballade mes personnages à travers le monde.  Dans mon dernier roman « Son Darbe » (Dernier coup) en chantier, je tente de relater un tant soi peu  les minorités de Turquie et ceux, comme moi, relégués en situation minoritaire.

Qui a visité et compris le sens de l’exposition ?  Personne, à vrai dire… L’exposition, qui avait lieu sous les portiques, dans la cour intérieure du Palais de Topkapi, était porteuse d’un certain nombre de messages. Sauf erreur de ma part, la première exposition connue dans l’Histoire, celle d’Alexandrie, était également placée sous des portiques. Des représentations d’Istanbul en bronze, étaient alignées dans un ordre déterminé. Cela avait une signification. Les écrits d’Istanbul de nos treize écrivains, composés de treize lignes d’écritures sur bronze ont été offerts à l’Histoire. J’ai retransmis ces textes dans mes « Notes de Constantinople », et leurs traductions en anglais et en français figurent dans le livret de l’exposition. Chaque figure en bronze était bordée des vers extraits de mon livre « Chansons d’Istanbul ». Ces vers ont également été traduits pour le livret de l’exposition. Dans ce domaine, nous devons beaucoup à Tarik Günersel et Beverly Barbey. Les œuvres exposées étaient rassemblées par Semra et Birol Ecer, et il s’agissait là d’un travail sérieux, de longue haleine. Hélas, Birol Ecer qui assumait la partie technique du travail, s’est avéré un homme très grincheux. Pour parler franchement, les tâches entreprises dépassaient le cadre de son imagination, et une fois cela fait, il s’est laissé « griser par le succès », et je me suis retiré ipso facto. Or, j’avais tout préparé afin d’exposer Istanbul à Moscou, à Paris et à Milan. En effet, j’ai exposé plus tard d’autres artistes dans ces villes. Erdem Helvacıoğlu, enfant prodige de la musique électronique, avait composé un morceau de 13 minutes sur le thème d’Istanbul. A l’inauguration de l’expo, il ne nous a pas été possible de disposer en silence des 13 minutes de nos invités, ce qui a été offert ayant suscité plus d’intérêt. C’était dommage.

En somme, l’exposition « Istanbul est une aventure », était une véritable aventure. Elle a été visitée par un grand nombre de touristes, mais pas un seul critique d’art n’a daigné la critiquer ni en faire l’éloge. Que puis-dire de plus ? C’était une simple aventure.

Traduction : Salih Bozok   24 mars 2013

Notes de Salih Bozok :

(1) Après la chute de Byzance, le nom de Constantinopolis (Constantinople, en français) qui désigne la Ville de Constantine, devint Kostantıniyye dans l’époque ottomane. Le nom actuel, Istanbul, ne sera officialisé que quelques années après la proclamation de la République, en 1923.

(2) La statue représentant deux hommes, « Charité fraternelle » fut sculptée en 1865 par Julien Edouard Conny. La deuxième, « Mort de Procris », œuvre de Jean Escoula en 1898, représente Procris dans les bras de son mari Céphale.

(3 ) Suite aux inondations et coulées de boues, la forêt de Rambouillet subit des dégâts importants le 29 décembre 1999.


Kostantıniyye Notları/ Cüneyt Ayral/ Bence Kitap/ 246 s.
    (Notes de Constantinople/Cüneyt Ayral/Editions Bence Kitap/ 246 pages/ Ankara-2012)     
Annexe de Salih Bozok  (statues de Rambouillet)

 

Yorum bırakın

Filed under HABERLER

TIME IS OVER

Tens of thousands of people, old, young, holding umbrellas, wearing glasses,  mini-skirts, suits, hurry up the stairs to the exit from the metro and are lost in the Parisian crowd, or stroll around Taksim Square in Istanbul…. Among these expressionless crowds which appear to be so “banal”, so lacking in identity, X,Y,Z, or Rita, Sophie and Laura walk the streets – or the pages of books….

In his book entitled ” Time Is Over”, Cüneyt Ayral takes us into the inner worlds,  the pasts and the passions for life of those people and also into their fears. This brave  and somewhat “underground” representant of Turkish literature thus puts his signature, in a very personal style, to a work  in which autobiographical references and settling of scores become part of the story.

He confronts us with the fact that all “normal” beings are nothing but individuals of flesh and blood , living, in a state of inner rupture,  their loves, sexual identities and hopes,  while bleeding  with  an internal ebb and flow. And he does so with such mastery that we are led to question our own subconscience

concerning our own “normality”.

Sexuality and the intersections of existences are the basic materials of this universe which is described in everyday terms. This book plunges us into an intimate relationship with several passing guests of this planet, who incorporate in their bodies, their souls and their entire existences, along with their undeniable mental confusion, their three sexual identities which they inhabit equally and sincerely. You are welcomed into the arena of so many short or long relationships and of hopes which are lost and found again.

                                                                                                            Bedri Baykam

                                                                                    Translation Beverly Barbey

Yorum bırakın

Filed under HABERLER

Et le temps s’épuisa

Présentation du livre de Cüneyt Ayral, « Zaman Bitti » (« Et le temps s’épuisa ») par BEDRİ BAYKAM:

 

Des dizaines de milliers de gens, jeunes, vieux, portant lunettes, parapluies, minijupes, costumes, montent rapidement les marches pour se mêler à la foule parisienne à la sortie  du métro, ou déambulent à la place de Taksim d’ Istanbul……Parmi ces foules atones qui nous paraissent si “banales” et dénuées d’identités, X,Y,Z ou Rita, Sophie et Laura arpentent les rues ou les pages des livres……

Cüneyt Ayral nous porte dans son roman intitulé « Et le temps s’épuisa », au monde intérieur, au passé et à la passion de vivre de ces gens-là, ainsi qu’à la peur qu’ils ressentent. Cet écrivain valeureux  et quasi « underground » de la littérature turque signe ainsi, avec un style qui lui est propre, une œuvre ne manquant pas de références autobiographiques ni de règlements de  comptes inhérents au récit. Il nous jette à la figure le fait que chaque être d’apparence « normale » n’est rien d’autre qu’un individu en chair et en os, vivant en état de déchirure ses amours, son identité sexuelle et ses espoirs, tout en saignant en son for intérieur avec des flux et des reflux. Il y arrive de main de maitre en nous amenant à nous interroger dans notre subconscient sur ce qu’il adviendrait de notre propre apparence « normale ».

La sexualité et le croisement des existences individuelles constituent dans le récit, les matières premières de cet univers décrit dans le langage courant. Ce livre nous plonge dans l’intimité   de quelques  invités éphémères de la planète, qui intègrent dans leur corps, leur esprit et leur existence, et dans leur indéniable confusion mentale, leurs trois identités sexuelles, tout en les assumant  à égale distance avec sincérité. Vous êtes les bienvenus à l’arène de tant de relations courtes ou durables, et des espoirs perdus ou retrouvés.

 

Traduction : Salih Bozok

Yorum bırakın

Filed under HABERLER

INTERVIEW AVEC CÜNEYT AYRAL POUR HÜRRİYET GÖSTERİ 07 MAI 2011 Grenoble

NEDİM GÜRSEL

DSCN4878

Je connais Cüneyt Ayral depuis presque 40 ans. Je peux dire que j’ai pu être proche témoin de ses activités multiples et complémentaires dans leur diversité, dans des domaines variés tels que photographie, poésie, édition-publication, journalisme, récits de voyages et romans.

Son côté écrivain qui se situe au premier plan ces dernières années ainsi que l’apparition de nouvelles éditions de ses livres sur les rayons suscitent particulièrement mon intérêt. Ces ouvrages ne sont pas uniquement des projections de son évolution mais constituent autant de bornes kilométriques d’une personnalité “hors du commun”. Je m’étais déjà exprimé sur certains de ces écrits, et j’estime à présent qu’il est temps d’en faire un bilan.

Nedim Gürsel: Je t’avais connu quand tu étais  jeune photographe. Dans les années 1970 à Ankara, lors d’un dîner chez Madame Hayrünnisa Kadıbeşegil, l’éditrice du magazine Oluşum ”Genèse”. Enis Batur et Figen étaient aussi présents. Ensuite nos chemins se sont croisés à İstanbul, à Nice mais plutôt à Paris. Tu as pris de belles photos, tu as écris des  poèmes. Après ton autobiographie, tes récits ont été publiés les uns après les autres. Etre productif dans différents domaines ne provoque-t-il  pas en toi une certaine dispersion?    

Cüneyt Ayral : En fait,  je me suis toujours défini “poète”. Mes poèmes sont bons ou pas, c’est autre chose et  c’est au  lecteur d’en décider. Par contre. C’est surtout la définition donnée par mon maître İlhan Berk  qui a joué un rôle déterminant dans ma vie. Il m’avait désigné comme: “l’ouvrier souterrain de la poésie”. Un vers de Vüs’at O. Bener, “les enfants dans leurs uniforme noirs de mort” a également beaucoup influencé ma poésie. Il me l’avait lu un matin d’Ankara, en regardant par la fenêtre. Quant à mon passage à la prose, cela est en rapport avec  une demande faite par les Editions Elma à Ankara qui m’ont proposé de rédiger une autobiographie, suite à un reportage de Şermin Terzi me concernant, dans le quotidien Hürriyet, en 2001. Je ne mentirai donc pas, en affirmant que mon évolution vers la prose est due  à  « une commande ».

Je me suis beaucoup amusé en écrivant mon livre YOLCULUK “Le voyage” mais cela m’a beaucoup ennuyé aussi. Les  250139_108778839211485_5298400_ncritiques positives des lecteurs m’ont encouragé et m’ont poussé à essayer la prose. Cependant, la question principale était toujours “par où commencer et par quoi”. Mon amitié, ma camaraderie avec toi ainsi que nos longues conversations sur la littérature m’ont beaucoup appris. Je peux donc dire que tu as été en quelque sorte “le vecteur” de mon orientation vers le roman et les récits.

Dans la prose, je suis souvent critiqué en raison de mon habitude à “exprimer beaucoup de choses  avec peu de mots”, que j’ai hérité de Vüs’at O. Bener. Il est presque  impossible de trouver de longues descriptions ou des phrases sophistiquées dans mes livres. Si je compare mon écriture dans différents genres de la prose, J’écris plus ou moins de la même manière dans tous ces genres, et je ne rencontre pas tellement de difficulté, qu’il s’agisse d’un article de presse analysant le quotidien, d’une autobiographie parlant du passé ou de la fiction d’un roman.

N.G.: Dans “Les Chansons d’Istanbul”, tu avais conté tes observations sur la ville. Ensuite, tu as publié le journal “Kostantıniyye”. Maintenant que tu vis à l’étranger, comment vois-tu  aujourd’hui Istanbul, de l’intérieur et de l’extérieur?

C.A. : A vrai dire, j’ai regardé une seule fois Istanbul de loin. Cela a été  après quatre ans d’exil volontaire. C’est là que j’ai249359_108779082544794_5568264_n remarqué pour la première fois, le grand changement intervenu et la dynamique nouvelle de la ville. J’en étais franchement stupéfait. Depuis, je continue de résider à l’étranger.Il m’est arrivé toutes sortes de choses à Istanbul, pratiquement tout ce qui peut arriver dans la vie à quelqu’un. J’ai même été kidnappé, poignardé et frôlé la mort dans cette ville.  Je préfère depuis ne pas regarder Istanbul de l’extérieur et vivre pleinement le lieu où je me trouve. Mais quand j’y vais (comme tu avais dit toi-même une fois, Istanbul ce n’est plus la ville où je retourne, c’est une ville où je vais), et à ces moments là, nous nous regardons et j’écoute Istanbul.

Voyez  ce qu’a affirmé  le Premier Ministre, à la tête de ce pays depuis 10 ans à propos du projet MarmaraRay qui, à mon avis, est très important pour Istanbul. Il a dit en substance : “ le projet prend du retard car ils arrêtent les travaux à cause des poteries et vaisselles”. Une mentalité qui traite les œuvres archéologiques de “poterie” est en train de gouverner la Turquie. Que pouvons-nous espérer de bon pour cette ville qui est l’une des plus importantes au monde du point de vue historique, dans un pays dirigé par ce genre d’homme?

Il y a deux ans, J’ai effectué des trajets sur le Bosphore au moyen de navettes maritimes et pris des photos de la Gare de Haydarpaşa et de la Tour de Léandre. Nous pouvons comprendre la nécessité pour une ville,  de mettre fin à l’activité d’une gare historique.  Il y a un exemple à Paris, il s’agit du Musée d’Orsay. Mais, franchement,  je n’ai plus la force de combattre une méthode de pensée  qui tente de  transformer un monument historique en hôtel, centre commercial ou centre d’affaires.  Le pouvoir en place est hostile à l’art et aux artistes. Il est liberticide.

Aujourd’hui, toutes les marques du monde globalisé ont pris place  à Istanbul, le bonbon traditionnel Akide, le lokoum de Hacı Bekir ont perdu leur saveur d’origine, Sultan Ahmet et ses boulettes  de viande sont assimilées à la culture fast-food, les grands centres commerciaux éloignent les citoyens du Bosphore ou de Sarayburnu, et les côtes de Marmara, de Sirkeci à Bakırköy, sont devenues des espaces de barbecue…  Pourquoi vais-je  regarder cette Istanbul?

Ce qui fait d’une ville “une ville” c’est avant tout ses habitants. Où sont-ils?

N.G. : Tu peux raconter l’aventure du  Kostantıniyye et tous ses périples?

C.A. : Je pense que le journal Kostantıniyye Haberleri Gazetesi, figure parmi  les meilleurs exemples du journalisme local en Turquie. Aujourd’hui, il sert de matériel d’enseignement dans des universités étrangères, et ses collections y sont archivées.

J’ai publié ce journal pendant 5 ans et j’ai dépensé 768 000 dollars américains au total. Si j’avais gardé cet argent pour moi au lieu de le dépenser pour le  journal, j’aurais pu avoir actuellement une vie sans aucun souci financier, mais il s’agissait d’un choix et j’ai toujours assumé ma décision. Le journal a été interdit par “notre Etat” sous prétexte de “rappeler Byzance, ancien nom d’Istanbul en grec, et heurter de ce fait la morale établie”. Les bureaux de la rédaction ont été perquisitionnés par des policiers portant des armes automatiques. Cela nous a amené à changer  le titre du journal et à continuer sous le nom de “ Nouvelles de Notre Ville”, et nous avons déposé un recours à la  Cour de Cassation. Nous avons eu gain de cause. La préfecture d’Istanbul, demanderesse dans l’affaire, n’a pas fait recours. Aujourd’hui personne n’a honte de prononcer les mots de ”Konstantiniyye”,  de “Constantinople” ni de “Byzance”. Les citoyens ont récemment choisi la couleur pourpre de Byzance pour les bus de la ville. Je me demande parfois  si cette ville n’est pas en quelque sorte, une espèce de force majeure abstraite imprégnant les êtres au plus profond d’eux-mêmes.

Il n’en reste pas moins que Kostantıniyye Haberleri Gazetesi constitue un document important grâce à ses écrivains qu’on pourrait qualifier du “haut du rang” qui ont réfléchi  et écrit pour Istanbul. Je continue d’être fier de l’avoir publié. Le reste n’a aucune importance.

N.G. : Je te pose la question en tant que romancier qui n’a jamais écrit de poème mais qui a beaucoup écrit sur la poésie.  Comment s’est fait ton passage de la poésie  à la prose? Etait-ce un passage douloureux?

C.A. : Je ne peux parler d’un passage, donc il n’y a pas eu de douleur. La poésie, au-delà d’une forme d’écriture, est pour moi un “mode de vie”, une manière de sentir, de voir ce que tu regardes et de l’interpréter. Je pense qu’il est possible de voir cette poésie dans mes romans. Je ne fais pas d’effort pour inclure la poésie dans le roman,  mais comme il s’agit d’un mode de vie, cette sensation apparaît systématiquement dans tout ce que j’écris. La seule chose qu’il faut souligner c’est que le roman est peut-être plus attractif.

La poésie est l’art traditionnel de nous exprimer, mais on trouve de moins en moins de lecteur. Les éditeurs, de plus en plus industrialisés, n’aiment pas tellement publier des “livres de poésie” car ça ne se vend pas. Ce n’est pas pareil pour un roman. Ses  lecteurs sont beaucoup plus nombreux et il est plus facile de les atteindre, communiquer avec eux. Prenons 574579_276207075801993_1249568800_nl’exemple de mes poèmes écrits sous le titre de 7 Tangos qui ont été mis en scène en Argentine par Mario Morales. Une peintre turque, Melek Atakan,  a peint des tableaux pour chacun de ces poèmes. Il y a eu une exposition. Faute de moyen financier, le spectacle ne pourra pas venir en tournée à Istanbul. La poésie souffre de  ce genre de problèmes.

Si l’on considère l’écriture comme une aventure, les douleurs d’accouchement pour les deux genres, poésie et prose, sont presque identiques. Quant à moi, j’ai deux positions différentes concernant roman et poésie. Dans un roman, je peux changer ce que j’ai rédigé,  mais le poème restera tel quel, comme  je l’ai écrit la première fois. Il m’est impossible de le retoucher ou le changer. J’ai une relation tendue avec la poésie, alors que mes relations avec la prose sont beaucoup plus amicales et souples.

N.G. : Tu as vécu longtemps à Paris, ainsi qu’à Nice. Tu as publié des récits de voyages. Ces villes t’ont marqué.

C.A. : La ville qui m’a impressionné le plus a été  Hong Kong. Je n’ai pas beaucoup écrit sur cette ville pour le moment mais je pense que cela viendra prochainement, sous la forme  d’un roman peut-être.

Une autre ville a été Mexico D.F,  où j’ai séjourné une dizaine de jours.  J’aimerais beaucoup y retourner, je rêve d’habiter un moment au Mexique.

Bologne,  en Italie,  a aussi une place privilégiée dans mes souvenirs. J’en parle de temps en temps dans mes romans. Dans mon livre de cuisine qui sortira prochainement, il y aura quelques indices concernant cette ville.

La ville de Hong Kong m’a subjugué par l’odeur de cuisine qui l’imprègne, l’ambition, la vélocité de ses habitants ainsi que leur façon de voir la vie. Je n’ai jamais eu de foyer à moi dans cette ville, ayant toujours vécu dans des hôtels, mais j’ai beaucoup appris de “la vie au foyer” en rendant visite chez eux, à mes amis. J’ai effectué de longs séjours dans cette ville, aussi bien à l’époque de l’hégémonie anglaise, qu’après la rétrocession à la Chine.  J’ai observé leur intégration à cette transformation, cette différenciation, tout en conservant leur identité et leurs caractéristiques hongkongaises. Ça m’a toujours impressionné. J’ai pris beaucoup de notes sur cette ville dans mes journaux intimes et je sais que ces souvenirs cuneytayralbannerapparaitront un jour dans mes écrits. Tu sais que mes archives font à peu près quatre mètre cubes et demi!

Venons-en à ma relation avec Paris et Nice que tu as dissimulée entre les lignes de ta question brève.

J’ai habité Nice pendant 8 ans, mais si tu me demandes le nom d’une rue par exemple, il est tout à fait possible que je ne puisse y répondre. Cette ville ne m’a pas tellement marqué, alors que ma relation avec Paris, remonte à 35 ans environ. Quiconque aura habité sans interruption la Rue de Turbigo pendant 4 ans, en sortira  forcément impressionné.

Mon roman Zaman Bitti (“Le temps est fini”) commence par un regard de la fenêtre de mon appartement de la Rue de Turbigo et se termine au même endroit. Dans mon livre Les notes de Paris, j’ai beaucoup écrit sur cette ville et continue 332767_2590082279187_1468527495_3095094_2053916347_od’écrire. Les notes de Paris 2 viennent de sortir en librairie .Ce livre contient surtout des essais que j’ai rédigés à Paris et à Nice.

Paris c’est ma liberté! Je me sens “chez moi” dans cette ville. Les quasis totalité de mes amis y sont. Paris, c’est la ville où l’on peut vivre loin de tout préjugé,  tel que “chacun  voudrait se décrire soi-même”, où personne ne jette un regard critique sur l’autre (ou, tout au moins, je ne perçois pas ce regard) et aussi Paris est-elle  la ville où j’ai réussi à élever mes enfants, et ce n’est pas la moindre des choses. Si j’ai plus de souvenirs à Paris qu’à Istanbul c’est une autre histoire. J’ai plein de souvenirs d’Istanbul qui me chagrinent et me fatiguent alors que Paris, c’est juste le contraire.

N.G. : Si on retourne à tes “Notes de Paris”, nous pouvons dire que cette ville a une place à part pour toi. Pourquoi?

C.A. : Je constate que tu ne te contentes pas de ma réponse précédente, puisque tu reviens en force avec une nouvelle question sur le même thème…

J’ai fréquenté le Café de Flore à Paris pendant 31 ans.  Maintenant je ne peux plus, car c’est devenu trop cher! J’ai vécu dans la Rue Saint Sulpice, la Rue des Saints Pères, la Rue de Turbigo, la Rue de la Convention. J’ai connu ici tous les plaisirs et  voluptés que la vie nous offre. J’ai appris ici ce qu’est une prostituée, un homosexuel, un sadique, un  masochiste, une lesbienne… C’est ici que j’ai appris la joie de  “manifester” librement dans les rues et d’en récolter les résultats positifs. J’ai vu ici, par ma propre expérience, que l’Etat existe pour le peuple, et que cela n’est pas un mot vide de sens comme en Turquie. En tant qu’artiste, j’ai eu  la considération et le respect que je n’ai pu avoir dans mon pays natal… Que dire de plus?

Je vais te raconté une anecdote. Dans mon autobiographie, Yolculuk,  j’ai relaté des moments vécus de ma vie, et je me suis permis de citer des personnes sans cacher leurs noms. Une de ces personnes ayant  porté plainte  j’ai été convoqué au cabinet du  procureur de la République à Paris pour une déposition. Il était  étonné quand il a compris que j’avais relaté la vérité avec des preuves à l’appui et citant des témoins… Il a ajouté sa propre appréciation et renvoyé cette déposition en Turquie. A la fin j’ai écopé d’une peine,  mais ils n’ont pas réussi à saisir mon livre. Je pense que cela pourra être une réponse suffisante à ta question “pourquoi?”.

N.G.: Dans ton autobiographie, tu parles de ton enfance, de ta famille et de tes proches. Ce livre reflète-t-il tout ton vécu ou y aura-t-il  une suite?

C.A.: Tu me connais bien, il n’est pas difficile de deviner la réponse que tu veux avoir. Non, je n’ai pas tout écrit tout dans ce livre. Yolculuk est plutôt un questionnement axé sur la justice. J’ai essayé de faire ressortir l’injustice en Turquie à travers un récit amusant du vécu. Nous sommes en train de parler d’un livre où j’ai eu le courage de raconter l‘histoire d’un échec. J’ai donné un certain nombre d’indices sans aller plus loin. Je n’ai pas parlé du tout de certains détails de mon vécu et je sais que je n’en parlerai jamais.  Ce n’est pas un refus de confession,  je pense au contraire, qu’il n’y a aucun sens à parler du succès, et qu’il n’est pas utile de capitaliser  en matière à orgueil certaines choses vécues.

Il y aura une suite. J’ai un projet de livre autobiographique relatant les  Maisons et Hôtels dans lesquels j’ai vécu. Dans le premier ouvrage autobiographie, il s’agissait d’un regard critique sur la justice.  Ici, je vais tenter parler de l’Histoire contemporaine et de la sociologie de ces 60 dernières années, à travers certaines séquences de ma vie, dans ce contexte. Mes lecteurs pourront ainsi se confronter  aux  changements qui ont eu lieu à Istanbul, Hong Kong, Paris, Nice, Sri Lanka. Je travaille là-dessus et j’espère que ce sera une œuvre d’une certaine consistance. Je tâche de faire en sorte que cela soit un document témoignant de la transition au 21ème siècle.

N.G. : Dans “Gümüş Gölge” (“L’ombre d’argent”), tu écris sur un travesti. Quel était ton but? Créer un caractère marginal, ou briser les tabous, combattre les valeurs traditionnelles?

gumus

CA. : La manière dont le “travesti” est perçu en Turquie et dans d’autres pays est différente. Nous apercevons en Turquie, des travestis qui se prostituent majoritairement dans les rues à Antalya, Adana, Bodrum, İzmir, Ankara, Eskişehir ou Bursa. Il y’en a aussi comme Huysuz Virjin (Virgine la revêche) comédienne de son état, Bülent Ersoy et feu Zeki Müren, figures emblématiques de la chanson. Ils ont leurs différences, bien sûr. Zeki Müren était un  “crossdresser” tandis que Bülent Ersoy est un transsexuel. Virgine est un  “crossdresser” sur scène, et j’ignore tout de sa vie quotidienne.  Ces trois exemples cités sont très appréciés en Turquie, ils enthousiasment le public et battent des records d’audience. L’idéologie officielle peut toutefois les condamner à exil, comme dans le cas de Bülent Ersoy, et changer le nom de la rue “Sormagil” à Istanbul, où se concentrent un grand nombre de travestis, en rue “Başkurt”.

D’autre part, les travestis travaillant dans la rue risquent d’être victimes de sévices de la part des forces de sécurité à l’image de ce policier  surnommé “Süleyman le tuyau” à cause de son habitude à cogner avec un tuyau en caoutchouc.  Ils sont traqués par des agents de sécurité ou  condamnés à payer des amendes. Parfois, ils sont victimes d’assassinats dont les auteurs ne sont pas condamnés comme il se doit. Le plus affligeant dans tout ceci, c’est qu’une vedette transsexuelle comme Bülent Ersoy, appréciée et acceptée de la société,  ne descend pas dans la rue pour soutenir ces gens et faire l’avocat de leurs souffrances. Il y a de quoi se poser des questions concernant la Turquie.

Cependant, je connais un médecin transsexuel qui exerce dans un hôpital public avec son identité de femme, et qui combat pour les droits de ses semblables dans le cadre de certaines associations.

Après ces remarques, venons-en au roman “Gümüş Gölge”. Le lecteur y trouvera les histoires d’amour d’un travesti turc devenu “prostitué de luxe” à l’étranger, et des informations “hors du commun” sur les différents modes de vie sexuels en Turquie. Ceux qui auront lu ce livre  regarderont d’un autre œil les gens qu’ils rencontreront dans la rue, et s’interrogeront probablement sur leur propre vie, leurs fantasmes refoulés et leurs aspirations, et se rendront compte qu’il n’y a pas de place à “l’impossible” dans la vie humaine. Cette “pression sociale du quartier” que nous vivons à l’heure actuelle dans l’ensemble de la  Turquie est devenue tellement oppressante que je ne peux imaginer un écrivain en Turquie penser créer une typologie aussi marginale.  Cela équivaudra en soi à la mise en cause des valeurs traditionnelles. L’homme du 21e siècle ne peut plus vivre sous cette oppression. Tous ceux qui vivent en société doivent se rendre compte de la différence des uns et des autres, assimiler ces différences et apprendre à vivre avec.

N.G. : La Turquie est devenue un pays de plus en plus conservateur. Qu’en penses-tu? Pouvons-nous dire que ta position est atypique?

C.A. : Toute ma vie, j’ai préféré être “moi-même”, et cette position a été qualifiée « hors normes » tant dans la famille que dans la société. Je ne sais pourquoi d’ailleurs. Peut-être le désir de “vivre l’avenir” en mon for intérieur m’a-t-il poussé à ce genre de comportement. Je n’en sais rien, je n’y ai même pas réfléchi. Chaque fois que je me regardais dans la glace, je n’ai jamais réussi à me voir autrement, alors que mon entourage me captait toujours différemment. De ce fait, je n’ai jamais pu vivre pleinement mes amours, ni accomplir pleinement ce que j’ai entrepris. A ce propos, les personnes avec lesquelles je m’entends à merveille sont sans aucun doute, ma fille Roxane et mon fils Sinan. Tous les deux ont réussi à m’accepter et aimer “tel que je suis”. Pour répondre à ta question, oui, “ma position est atypique, je suis atypique!”.

Je n’ai jamais nié mon “anarchisme” sur le plan idéologique. Si j’écoute souvent la chanson écrite pour l’anarchiste italien Pinelli afin d’apaiser mon âme, il  doit y avoir un lien, de même qu’en ce qui concerne mon admiration pour Tchaïkovski.

Quant à la Turquie, il s’agit d’une société composée de gens très différents. La population a un passé nomade, et le pays connait des migrations forcées du fait des villages dévastés au cours des dernières années. İstanbul constitue une métropole, point d’aboutissement de ces migrations internes. En conséquence, toutes les caractéristiques du nomadisme sont inhérentes aux êtres humains issus de cette société, et notre “conservatisme” doit être considéré d’un point de vue particulier.

Le problème de “voile“ existait-il 20 ans auparavant? Bien sûr que non! D’où il sort ce problème à l’heure actuelle? De la dimension du pain…..

Dans une société où la distribution des revenus n’est pas équitable, et qui a pour “caractéristique principale” le nomadisme, les gens votent selon la dimension du pain, la part qu’ils ont du gâteau. Ils se comportent selon le bon vouloir de ceux qui “redimensionnent les parts”, et sans se poser trop de question. Tout le monde s’en moque éperdument, et quand les portes sont closes, les “ombres d’argent” commencent à se refléter sur les murs à défaut de déambuler dans les rues….

N.G. : Je laisse cette dernière question à ton initiative. Si tu souhaites que je te pose une autre question, je te laisse le soin d’y répondre également. J’avais placé un vers de Baudelaire en épigraphe de mon récit “Öğleden Sonra Aşk” (L’amour dans l’après-midi) : “je suis la plaie et le couteau”. Qu’en dis-tu? Poses toi une telle question qui interroge Cüneyt Ayral de A à Z, sans faux-semblant, sans mettre le ballon en touche. “

C.A. : Si cela m’était venu à l’esprit plus tôt, j’aurais mis ce vers de Baudelaire en épigraphe de mon roman “Gümüş Gölge” !

La seule question que je pourrais me poser pourrait être celle-là: “n’es-tu pas enfin fatigué d’être toi-même?” La réponse aurait été : “Je suis très fatigué!”  Cependant, je ne me suis jamais passé de moi-même, et certains l’ont qualifié d”égoïsme”, et d’autres ont fait avec, en se rendant à l’évidence. Il y’en a eu qui ont tenté de partager un semblant de vie commune. Je les ai accueillis tous avec beaucoup d’affection.

Je me suis beaucoup fâché avec certains, j’ai eu de la rancune, mais j’ai tout exprimé par la parole sans rien intérioriser. J’ai préféré oublier certaines séquences de ma vie qui ne m’ont pas rendu heureux, qui m’ont fait souffrir physiquement, et j’ai opté pour le silence. J’ai réussi à le faire jusqu’à ces dernières années. Avec l’âge, mes ressentiments avec le passé ont resurgi et j’ai commencé à régler mes comptes avec une partie de ceux qui m’ont pris pour un imbécile.

Tu me connais depuis près de quarante ans. Tu te rappelles ces temps où j’envoyais mon chauffeur te chercher chez toi, de même que ces longs périples à pies où nous cherchions ensemble un restaurant chinois. N’avons-nous pas découvert ensemble les endroits les plus mal famés de Paris, réussi à coucher sur papier quelques lignes d’écriture sur chaque lieu découvert? N’avons nous pas épilogué ensemble, dans nos moments de colère et de dépit, sur ceux qui nous ont couvert d’insultes, pour les pardonner ensemble, aussitôt retrouvés les moments d’apaisement? Tu te souviens sûrement de tes lamentations en trouvant chez moi un interlocuteur en tes jours de détresse, et de mes jours d’euphorie quand je suis venu te chercher en te disant: “allez, on y va!”. Nous existons tant que nous pouvons encore partager avec les lecteurs les échos que nous avons laissés dans les assommoirs d’Istanbul, les bas fonds de Paris, les cafés du bord de mer à Nice et sur les murs épais du château de La Napoule.

Je ne mettrai pas le ballon en touche.

J’ai toujours aimé épater les autres. Je n’ai jamais été triste pour avoir perdu ma fortune, ma richesse matérielle à la taille d’un empire. Quand je me suis rendu compte d’avoir hypothéqué l’avenir de mes enfants, j’ai souffert en mon for intérieur. Ils ont eu beaucoup de compréhension à mon égard, et ils ne m’ont jamais jugé (du moins, jusqu’à présent)…..

On a dit que j’étais amoureux de l’amour. Pas du tout! J’ai toujours été amoureux de quelqu’un, sans vraiment réussir à en parler et à vivre cet amour. La responsabilité en incombe simplement au fait que “j’ai toujours été moi-même”.

Comme je l’ai déjà dit, j’ai considéré la poésie comme un mode de vie, dans tous ces détails. Ecrire pour moi, est une “nécessité” au même titre que manger et boire de l’eau. Quand je n’y arrive pas, je considère ces moments comme “inexistants”.

J’ai pensé qu’il était plus important d’aimer que de faire l’amour….

J’ai connu beaucoup de monde, mais j’ai eu peu d’amis, et cela m’a toujours rendu triste….

Est-ce suffisant?

Traduction : Salih Bozok

Yorum bırakın

Filed under Fotograflar, HABERLER